Accueil > Work material > Kara no Kyoukai > Histoire de Kara no Kyoukai > A Study in Murder (First Part)

A Study in Murder (First Part)

vendredi 13 avril 2012, par Yokathaking

A Study in Murder (First part) :
… and nothing heart
(殺人考察(前), Satsujin Kousatsu (Zen))

Avril 1995 - Février 1996

Avril 1995.
Une nuit enneigée.
Une jeune femme en kimono.
Je l’ai rencontrée.

Le lendemain, jour de la rentrée des classes, Kokutou aperçoit au lycée la personne qu’il avait rencontrée la veille et va spontanément lui adresser la parole, continuant ensuite de discuter avec elle chaque fois qu’il en a l’occasion. En Septembre, quelqu’un déclare son amour à Shiki, celle-ci répondra alors de manière brutale impitoyable « Les gens faibles me dégoutent ». Dans la soirée, un premier cadavre. Shiki, à ses pieds, se baisse, utilise le sang comme rouge à lèvres et sourit, à la limite de la jouissance. Puis quelques jours plus tard, un deuxième cadavre. Et toujours Shiki. Puis un troisième. Et encore Shiki. Et pendant ce temps, Mikiya qui continue de lui parler comme si de rien n’était, qui la met au défi de porter une veste rouge par-dessus son kimono, qui se comporte avec elle comme si elle était l’élève la plus banale n’ayant jamais existée. Après le quatrième meurtre, la plupart des élèves se dépêchent de rentrer chez eux mais Mikiya, participant à la fête d’adieu d’un de ses sempais, reste au lycée puis trouve Shiki en train au niveau de la porte. Mikiya fredonne « I’m singing in the rain », Shiki se sent frustrée. Le soir, un cinquième cadavre, Shiki à son niveau murmurant « Ah, c’est le cinquième ».

Le lendemain, Shiki affronte puis perd face à son père en duel au sabre et lorsqu’elle sort du dojo, Akitaka lui fait remarquer qu’elle est la vraie héritière de la famille Ryougi, possédant les deux personnalités. Mikiya lui discute avec Gakuto, un de ses amis, et lui répond que Shiki n’est en rien dangereuse, ce à quoi son interlocuteur répond qu’il doit vraiment être fou d’elle si il ne s’en rend pas compte. Le lendemain, il trouve dans son casier une lettre de la demoiselle qui lui propose un rendez-vous. Il verra alors SHIKI qui va lui expliquer qu’il y a deux personnalités dans le même corps mais que ces temps ci, lui et Shiki ne sont plus synchros.

Le soir, Mikiya voit son cousin Daisuke, inspecteur de police, qui lui révèle que le meurtrier est l’un de ses camarades de classe. Le lendemain, après les cours, SHIKI prévient Mikiya que Shiki tuera quiconque tentera de l’enlever de l’isolation du monde, ce qui n’empêche pas le jeune homme de l’inviter à manger pour le repas du midi. Il verra alors une blessure au niveau de son coude et Shiki lui affirmera qu’elle se l’ai faite lors du dernier meurtre mais Mikiya refusere de la croire. Lorsque Daisuke lui révélera le soir que le meurtrier doit avoir une blessure au niveau du coude, Mikiya partira en courant de chez lui pour aller voir Shiki mais sera stoppé par Shirazumi Lio, un ancien camarade de classe, qui lui demandera des conseils. Après avoir dit au revoir à sa connaissance, Mikiya partira voir Shiki mais la trouvera face à un mort, un sourire aux lèvres et elle se tournera face au jeune homme avant de déclarer « Attention Kokutou-Kun, une terrible prémonition tend à attirer une terrible réalité ».

A compter de ce jour, Mikiya passera toutes ses nuits devant la fenêtre de Shiki pour la convaincre qu’elle n’est pas la meurtrière. Début Février, Shiki finira par perdre patience et lui demandera s’il compte revenir ce soir encore et, bien qu’il soit surpris qu’elle l’ai découvert, il lui répondra affirmativement. Devant chez elle, Shiki sortira alors voir Mikiya, tentera de le tuer puis finira par lever son couteau au dessus de sa gorge et lui criera, les larmes coulant sur ses joues, de dire quelque chose. Mikiya répondra alors « Je ne veux pas mourir », ce à quoi Shiki rétorquera, un sourire aux lèvres, « Je veux te tuer. »

Deux ans plus tard, en Juin 98, Mikiya est vu à côté d’une Shiki dans le coma, lui affirmant que quoi qu’il arrive, il croira toujours en elle.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.